J’ETAIS QUENTIN ERSCHEN, Isabelle Coudrier (2013)

j-etais-quentin-erschen-325693

Dans la catégorie « écrivains dont on parle peu et particulièrement discrets » je voudrais m’attarder sur Isabelle Coudrier, qui nous présente ici son deuxième roman, brillant et terriblement prenant.

Une très belle histoire d’enfance fracassée, qui donnera naissance à un noyau d’ adultes névrosés et fragiles ; deux frères, une sœur, et leur petite voisine fascinée par cette fratrie traumatisée par la mort de leur mère. Entre amour, amitié, repli sur soi, douleurs et secrets, l’auteure, avec grâce et pudeur, trace trente années de vie de ces quatre personnages singuliers et mal dans leur peau, trottinant paisiblement vers  une fin aussi belle et touchante, que triste et bouleversante.

Un livre élégamment  sombre, déchirant et d’une finesse rare…

Et aussi :       Le corail de Darwin, Brigitte Allègre

                         Les oubliés de la lande, Fabienne Juhel

                         L’invention de nos vies, Karine Tuil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s