RENTRÉE LITTÉRAIRE ET PREMIERS ROMANS…

RESSOURCES INHUMAINES, Frédéric Viguier (2015)

ressources-inhumaines-viguier

Il y a quelques mois apparaissait sur nos écrans de cinéma le visage de Vincent Lindon dans le très beau film de Stéphane Brizé, La loi du marché. Un visage aux traits tirés et au regard mélancolique d’un homme aux prises d’un monde du travail inflexible et de plus en plus impitoyable. Aujourd’hui, et dans la même lignée, Frédéric Viguier, auteur et metteur en scène de théâtre, livre un premier roman âpre, sévère mais juste sur les dessous du fonctionnement d’un hypermarché. Un écrivain discret dont on ne sait que peu de choses et, qui a soit lui-même évolué dans cet univers intransigeant et avilissant, soit s’est engagé dans d’approfondies et millimétrées recherches sur les mécanismes d’un grand magasin car le résultat est tout simplement surprenant de réalisme et de maîtrise. Frédéric Viguier offre sur un plateau un milieu parfaitement étudié, décortiqué – et de surcroît admirablement mis en mots – d’où s’écoule une brutalité glaciale et mécanique…

Au départ, une narratrice –  dont on ne connaîtra jamais ni le nom ni le prénom – débutant sa carrière professionnelle à 22 ans par un stage dans un hypermarché pour, d’une manière fulgurante, parvenir au statut de chef de secteur en charge des rayons textiles et chaussures. Que s’est-il produit pour que l’ascension soit aussi soudaine ? Ce personnage sans identité et déshumanisé qui se voit comme « vide » et  avec « une poche à remplir » – au détriment des autres – manœuvre et intrigue inévitablement, mais de quelle façon et dans quel but ? Ressources inhumaines c’est le cheminement de cette femme insondable et répulsive au sein de son milieu professionnel, mais c’est également un découpage au scalpel des rouages les plus pervers et intimes d’un magasin où les ambitions, les bassesses et autres manipulations arrivistes sont légion. Frédéric Viguier dresse le portrait d’une employée dont on ne sait s’il l’on doit la détester ou la plaindre ; est-elle intellectuellement limitée et stupidement naïve ou excellente manipulatrice délestée de toute conscience ? Ses agissements ne la chagrinent jamais, claquemurée dans une existence d’une triste vacuité, avec comme seul frisson le misérable et perverti pouvoir qu’exerce Gilbert sur elle ; ce cadre antipathique et repoussant qui dès son arrivée dans l’entreprise fera d’elle sa chose, son poulain, mentor libidineux, abscons et détestable dont elle ne peut se délivrer de l’emprise…

La précision des faits est incroyable, le détail fascinant, Frédéric Viguier faisant presque de son roman un essai sur ces royaumes du mercantilisme où le rouleau compresseur de la rentabilité et de la réussite ampute les destins et annihile toute humanité. La narratrice,  profondément déréglée dans ses rapports aux autres et dont la vie linéaire, fragile et sans relief la rend impalpable, se noie dans son travail parce qu’ailleurs il n’y a rien, parce qu’en elle seule grandit la chimère dévastatrice du néant. L’écriture acérée, fine, sculpturalement sèche nous emmène aux confins de l’abject et croque le portrait d’un être qui glace les sangs par une folie sous-jacente, mélange de candeur enfantine et de froideur aux effluves de sociopathie…

Un premier roman percutant, magnétique et tout en tension feutrée qui met mal à l’aise et dérange dans ce qu’il a de plus réel et déstabilisant. Un coup de maître littéraire à découvrir au plus vite…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s