RENTRÉE LITTÉRAIRE…

NOUS SERONS DES HÉROS, Brigitte Giraud (2015)

9782234077591-X_0

En cette rentrée littéraire 2015, si l’on devait attribuer la palme de la douceur et de la délicate pudeur, celle-ci se nicherait tout droit au creux des mains de Brigitte Giraud, de retour avec un huitième roman qui se détache – pour notre plus grand plaisir – du nombrilisme et de l’égotisme caractéristiques à notre chère Littérature française. Car Brigitte Giraud s’engouffre dans un sujet épineux mais d’une grande beauté, celui du déracinement et de l’exil, et parvient à créer avec une humilité et une bonhomie touchantes une histoire emplie d’humanité, solaire, brève d’existence qui s’infiltre à pas feutrés dans notre cœur, bientôt gonflé d’émotion…

À la fin des années soixante, Olivio quitte le Portugal précipitamment avec sa maman, suite au décès de son père. Déchirement du départ, incompréhension d’un trépas soudain et entouré de mystère adoucis par la présence d’Oceano, chaton embarqué au dernier moment dans les valises, symbole d’un Portugal en proie à l’absolutisme et d’une arrivée déboussolée en France. Une nouvelle vie, une nouvelle langue, un nouvel environnement, tout à reconstruire, à découvrir, loin de la dictature de Salazar mais aussi loin de ses racines, de ses repères, de sa famille et de sa culture. L’existence reprend petit à petit son souffle sur cette terre étrangère jusqu’à l’arrivée de Max dans la vie d’Olivio et sa mère ; Max, pied-noir déraciné d’Algérie qui lui aussi fut contraint de fuir et de recomposer son avenir. Un trio qui se forme sur les cendres de la nostalgie, des regrets, sans plus d’amour, comme une bouée à laquelle l’on se raccroche pour mieux se souvenir de ses propres douleurs et frustrations. Olivio croît sur le chemin de l’apprentissage en compagnie de son ami Ahmed, jeune algérien volubile et fantasque, et Olivio apprend la France, grandit au rythme des joies et des peines, garde en mémoire son Portugal avec pour réconfort ce chat, Oceano, rescapé d’une tempête, allégorie du départ et du recommencement…

Brigitte Giraud livre ici un texte parfaitement maîtrisé, une histoire d’hommes et de familles qui va droit au cœur et fait douloureusement écho à l’actualité de ces dernières semaines ; un texte bâti d’une écriture aérienne et d’une tendresse cotonneuse, où chaque personnage se donne avec ses faiblesses et son amertume, ses ressentiments et ses doutes, sans cris, sans vulgarité, chacun en proie aux démons d’une vie d’avant que nul ne retrouvera. Nous serons des héros est une œuvre bouleversante et réservée qui met en scène les vies d’individus soustraits à leur environnement et qui avec courage et abnégation repartent de zéro, s’apprivoisent et se jaugent dans l’affection ou la détestation, le tout sous le regard acéré et délicat de l’auteur.

Brigitte Giraud c’est l’élégance du mot, la justesse de la parole, l’amour de ses personnages ; elle les porte et les fait grandir sous l’œil attentif d’un lecteur – séduit et conquis par tant de bienveillance – qui se délecte d’un écrit où chaque ligne regorge de bénignité, et qui n’est pas sans rappeler le magnifique Une enfance de Jésus de J.M. Coetzee…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s